Joséphine Lanesem

« Dans le jardin de l’Extrême-Occident, où le soleil, appointé au couchant, baigne de rose une contrée allongée dans la douceur de presque mais jamais vraiment, j’ai fréquenté les nymphes les plus accomplies qu’ait enfantées l’Olympe ».

Extrait de Contre la mort, Joséphine Lanesem, Abrüpt, 2020

Illustration. Orphée et Eurydice, estampe, Marc-Antoine Raimondi, gallica.bnf.fr

« Le sel céleste »

Espace - Mad et Léo

« Quand, au télescope, j’observe la lune, découvrant ce qu’aucune reproduction ne saurait rendre : la coprésence aussi indubitable que distante de mon corps et de l’astre, la continuité murmurée de ma chair à sa lumière. Voilà que le savoir, jusque-là modelé dans la même matière que le mythe, c’est-à-dire dans les mots et les images, se vérifie ; et je franchis la frontière entre la fiction et le réel d’un pas qui me fait le même effet que le premier pas sur la lune, entre un surplus de légèreté et une invraisemblable pesanteur où je perds l’équilibre. »

Joséphine Lanesem, Histoires d’EspaceNervures et Entailles