Joséphine Lanesem

« Dans le jardin de l’Extrême-Occident, où le soleil, appointé au couchant, baigne de rose une contrée allongée dans la douceur de presque mais jamais vraiment, j’ai fréquenté les nymphes les plus accomplies qu’ait enfantées l’Olympe ».

Extrait de Contre la mort, Joséphine Lanesem, Abrüpt, 2020

Illustration. Orphée et Eurydice, estampe, Marc-Antoine Raimondi, gallica.bnf.fr

Une réflexion sur “Joséphine Lanesem”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s